Zurn Stand der historischen Mentalitatsforschung in Deutschland

Abstract

I. Depuis quelque temps, deja, ii est beaucoup question des "mentalités" chez les historiens allemands. Mais a la differénce de ce qui s'est passé en France, l'histoire des mentalités ne s'est pas constituée en Allemagne comme un genre historique spécifique. On trouvera dans les quelques remarques qui suivent un essai d'explication de ces differences d'évolution. II. En France, l'histoire des mentalités se veut une manière nouvelle de faire et d'écrire l'histoire. Ses origines sont extérieures à la discipline historique et elle s'est constituée à partir d'impulsions venues de disciplines voisines, les sciences humaines en particulier. Son objectif d'autre part n'est pas de chercher à répondre à des questions jusque là insuffisamment traitées par l'histoire traditionnelle, mais bien plutôt de contribuer à la naissance d'une nouvelle histoire, celle que Pierre Chaunu appelle "l'histoire au troisième niveau". III. C'est là avant tout, semble-t-il, qu'il faut chercher !es raisons des réserves et du scepticisme que l'on observe en Allemagne. Les historiens allemand sont bien prêts à reprendre à leur compte la problematique nouvelle mais, attachés par principe à !'unité des instances du réel historique, ils se refusent à laisser l'histoire des mentalités s'ériger en discipline autonome, préférant plutot s'en servir pour rattacher l'analyse des mentalités à celle des autres champs d'observation traditionnels de l'histoire (institutions, structures familiales, structures économiques et sociales etc.). Il serait souhaitable que les historiens allemands se montrent à l'avenir plus conséquents et plus ouverts à l'expérimentation. IV. Le fait qu'en France l'histoire des mentalités se soit developpée en symbiose avec la démographie historique, est capital. Les données serielles élaborées par la démographie historique constituent en effet pour l'histoire des mentalités un matériau de premiere qualité, qu'il s'agisse des données concernant la mortalité ou des données relatives à la fécondité, à la natalité ou à la nuptialité. Dans ce domaine d'ailleurs, l'essor récent de la démographie historique en Allemagne permet de disposer d'une documentation abondante et soignée. On peut egalement evoquer l'histoire de la famille et des structures familiales qui, abordée jusqu 'ici sous un angle essentiellement juridique et institutionnel, est en Train d'acquérir, grace a l'histoire des mentalités, une dimension nouvelle et élargie. V. En ce qui concerne les mentalités religieuses, la France se trouve dans une Situation privilegiée en raison de son exceptionnelle situation documentaire. Mais les études menées jusqu'ici en Allemagne (à dire vrai davantage par les ethnologues et les folkloristes que par les historiens) montrent ce qu'on serait en droit d'attendre d'une approche comparable. A cet égard, le pluralisme religieux caractérisant les pays allemands depuis la Réforme pourrait se révéler particulierement fécond pour une analyse comparative des mentalités religieuses.

How to Cite

Hinrichs, E., (1979) “Zurn Stand der historischen Mentalitatsforschung in Deutschland”, Ethnologia Europaea 11(1), p.226-233. doi: https://doi.org/10.16995/ee.1975

Downloads

Download PDF

Share

Authors

Ernst Hinrichs (Universität Oldenburg)

Download

Issue

Publication details

Dates

Licence

All rights reserved

Identifiers

Peer Review

This article has not been peer reviewed.

File Checksums (MD5)

  • PDF: 6388affa99e8b56164bb22ca9c3af03d